We use cookies to improve your online experience. For information on the cookies we use and for details on how we process your personal information, please see our cookie policy . By continuing to use our website you consent to us using cookies.
ISHIKAWA
  • TOKYO
  • ISHIKAWA

THE LIVING LEGACY OF SAMURAI CULTURE

Le jardin Shinjuku Gyoen a été aménagé sur les vestiges d’anciennes résidences de guerriers. Il vous permettra de découvrir les paysages contemplés autrefois par les samouraïs, tels que l’étang Tamamoike, qui est empli aujourd’hui encore de l’atmosphère de cette époque passée. Ce voyage vous emmènera ensuite au jardin Kenroku-en, désigné à la fois bien culturel japonais et l’un des trois jardins les plus célèbres du Japon. Ce lieu était à l’époque d’Edo (1603-1868) le jardin personnel de la famille Maeda, qui gouvernait la province. C’est un jardin de promenade splendide à chaque saison, notamment au printemps avec la floraison des cerisiers et en hiver avec l’installation de yukitsuri, des cordages protégeant les arbres du poids de la neige. Vous découvrirez également à proximité le château de Kanazawa ainsi que des résidences habitées autrefois par les samouraïs. La préfecture d’Ishikawa dans son ensemble est aujourd’hui encore fortement imprégnée de la culture de cette classe guerrière. Un voyage à la découverte de la formidable culture des samouraïs.

Official Tokyo Travel Guide
https://www.gotokyo.org/fr/

Local government official website
https://www.hot-ishikawa.jp/french/

Voyageurs

  • Traveled : July 2018 Ian Livingston
    Éditeur pour JohnnyJet.com
    Pays de résidence États-Unis
  • Traveled : July 2018 Dana Macalanda
    Éditeur
    Pays de résidence Tokyo
    Pays de naissance: États-Unis

Aéroport international de Los Angeles

ANA105 Rechercher les itinéraires depuis votre pays

  • Ian Livingston

    Les sièges dans le Boeing 777-300 sont spacieux, l’avion est stable et le service de la compagnie ANA est d’excellente qualité, aussi bien dans l’avion qu’à la porte d’embarcation à l’aéroport international de Los Angeles. J’ai particulièrement apprécié la façon dont le menu des repas à bord de l’avion était détaillé. Pour le petit déjeuner, j’ai choisi une perche de mer marinée.

Aéroport international de Tokyo-Hanedamore

Aéroport international de Tokyo-Haneda

La porte du ciel de Tokyo. Au sein des terminaux sont présents de nombreux commerces de toutes sortes, et la terrasse panoramique située sur le toit permet notamment d'embrasser du regard la baie de Tokyo, permettant à tous les visiteurs, même ceux ne voyageant pas à partir de l'aéroport, d'en profiter.

Métropole de Tokyo

Premier jour

TOKYO

Vallée Todorokimore

Vallée Todoroki

Cette vallée d’environ un kilomètre et située à l’extrémité sud du plateau de Musashino offre un paysage rare en plein cœur de la capitale.
Au bas des escaliers de l’entrée Golfbashi, qui se trouve à 3 minutes à pied de la gare de Todoroki, un sentier de promenade longe la rivière Yazawa.
Le bruissement du vent dans le feuillage des zelkovas, chênes et cornouillers, le murmure de la rivière et le chant des oiseaux feraient presque oublier que l’on se trouve en pleine ville.

  • Ian Livingston

    La vallée Todoroki est comme une oasis en plein cœur de Tokyo. C’est un monde luxuriant qui s’étend à une trentaine de mètres à peine sous des rues pleines de voitures et de passants. Les bambous qui poussent sur les pentes de la vallée protègent ce lieu de la chaleur et du bruit de la ville. On y trouve également des zelkovas et des charmes. Notre promenade tôt le samedi matin sur le chemin qui longe une petite rivière était très tranquille et je me suis beaucoup détendu.

    Le restaurant Shuichi, situé à deux pas de la gare de Todoroki sur la ligne Oimachi, est l’endroit idéal pour manger un bon repas après une matinée de promenade dans la vallée Todoroki. Le restaurant, construit sur 2 niveaux, est très accueillant. Il est connu pour ses tsukemen (nouilles à tremper dans une soupe) au curry, mais personnellement j’ai préféré commander un tantanmen au sésame noir au distributeur automatique. C’était vraiment délicieux. Je reviendrai sans aucun doute manger là lors de ma prochaine visite de Tokyo.

  • Dana Macalanda

    Ce grand espace naturel est accessible très rapidement depuis le cœur de la ville. C’est un coin de tranquillité couvert d’arbres et traversé par un sentier paisible et très bien entretenu qui longe la rivière Yazawa. On y croise des habitants du quartier, mais également des personnes venues photographier les lieux.

    Même les jours de forte chaleur, j’adore déguster un ramen. Le Shuichi est un restaurant de ramen très populaire avec une décoration qui rappelle l’ambiance chaleureuse des salons de thé d’autrefois. Il est connu pour ses délicieux tsukemen (nouilles à tremper dans une soupe) au curry.

Ligne Tokyu Oimachi
Todoroki → Ookayama

Ligne Tokyu Meguro
Ookayama → Yotsuya
35 minutes, 400 yens (de Todoroki à Yotsuya)

Ligne JR Chuo
Yotsuya → Ochanomizu
6 minutes, 160 yens

Dégustation de sakés (Meishu Center, Ochanomizu)more

Dégustation de sakés (Meishu Center, Ochanomizu)

Le Meishu Center est une boutique qui a pour but de relier les consommateurs aux fabricants de saké de tout le Japon.
Cette boutique propose une carte de plus de 150 variétés de saké, comprenant aussi bien des appellations très connues que des sakés plus confidentiels. Des dégustations sont proposées à partir de 150 yens le verre.
Une réduction de 100 yens est offerte pour toute dégustation de 3 variétés différentes. Et, bien entendu, les visiteurs peuvent acheter les variétés qui leur auront le plus plu.
C’est l’endroit idéal pour comparer divers sakés et rechercher les différences afin d’identifier celui que l’on préfère.
Et pour ceux qui ne savent vraiment pas par où commencer, il suffit de demander conseil aux vendeurs qui aideront les clients à trouver la variété qu’ils préfèrent.
Les visiteurs trouveront également un grand choix de produits à déguster en accompagnement d’un bon saké. Certaines de ces spécialités locales possèdent un goût étonnant, et les visiteurs pourront aussi découvrir des desserts à base de saké à tester absolument.

  • Ian Livingston

    Je ne savais pas qu’il était possible de faire une dégustation de sakés de cette façon, mais en tout cas, j’ai beaucoup aimé l’expérience. Je n’y connaissais rien aux sakés japonais, mais ce que je sais c’est qu’au Japon ou ailleurs, il y a toujours quelque chose à apprendre sur les coutumes liées aux façons de boire dans chaque région. Cette dégustation de sakés a été pour moi une formidable opportunité d’apprentissage.

  • Dana Macalanda

    Le Meishu Center est un lieu vraiment génial. Il est possible de choisir librement et de déguster n’importe lequel des 100 sakés japonais nihonshu ou des autres variétés d’alcools, comme des liqueurs de prune umeshu, mis à notre disposition sur un immense mur. Je me suis beaucoup amusée. J’ai également apprécié le double affichage en japonais et en anglais.

Ligne de métro Marunouchi
Ochanomizu → Shinjuku Gyoenmae
21 minutes, 200 yens

Jardin impérial de Shinjuku (Shinjuku Gyoen)more

Visites recommandées

Jardin impérial de Shinjuku (Shinjuku Gyoen)

Ce jardin impérial a été achevé en 1906 et a été ouvert au public en 1949.
Trois jardins de styles différents, un jardin japonais, un jardin classique et un jardin paysager ont été très joliment aménagés sur une surface de 58,3 hectares.
Célèbre pour ses cerisiers au printemps et ses érables en automne, ce jardin est une véritable oasis au cœur de la ville où les gens aiment venir se relaxer.

  • Ian Livingston

    Le Shinjuku Gyoen est un immense espace vert qui était autrefois la résidence du daimyo de la région, un seigneur au service du shogun (dirigeant du Japon à l’époque médiévale). Il est ensuite devenu un jardin impérial avant de disparaître presque entièrement sous les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, c’est un jardin public parfait pour se détendre.

    Shinjuku est un endroit très intéressant et je suis très content de m’y être promené, même si ce n’était que pour un court instant. Les voyageurs curieux, et courageux, se doivent de passer par le Golden Gai, quartier voué au dieu de la boisson à Shinjuku. Même si le lieu était encore tranquille en début de soirée, c’est tout de même un endroit qui m’a beaucoup plu.

    Mimiu et une chaîne de restaurants qui peut afficher avec fierté ses 250 ans d’histoire. Le plat fétiche du restaurant est le menu udon suki composé d’une marmite de bouillon ayant lentement mijoté et d’un plateau d’ingrédients, tels que des nouilles udon, des morceaux de viande et des légumes, à y plonger soi-même. Les nouilles et les champignons étaient particulièrement délicieux.

  • Dana Macalanda

    Le jardin Shinjuku Gyoen est l’un des meilleurs lieux de la capitale pour pique-niquer ou se promener. Je vous conseille particulièrement de voir les tortues qui vivent autour des points d’eau et les piments Naito en pots cultivés en hommage à la famille Naito qui vivait et produisait des piments à cet endroit à l’époque d’Edo.

    Le quartier de la Golden Gai, ainsi que celui qui entoure le grand magasin Bicqlo, qui comprend un magasin de vêtements Uniqlo et une boutique d’appareils électroniques Bic Camera, sont particulièrement animés. J’ai beaucoup aimé me promener dans ces rues tout en observant la vie du quartier et les passants.

    Il n’y a pas que le goût qui est remarquable au Mimiu, mais également le visuel de ses sukiyaki udon. C’est un plat de nouilles udon servies bien chaudes et surmontées de légumes colorés, de tofu et de quantités d’autres ingrédients délicieux. C’était tellement beau que, sans réfléchir, j’ai eu envie de le prendre en photo.

Shibuya Tokyu REI Hotel

  • Ian Livingston

    Le Tokyu REI Hotel est situé juste à quelques minutes à pied de la gare de Shibuya, c’est donc l’endroit idéal où descendre pour visiter le quartier. De plus, le personnel était très aimable et un grand choix de plats était proposé pour le petit déjeuner (il y avait même du jus de carotte fraîchement préparé). C’est l’endroit idéal pour passer une nuit.

  • Dana Macalanda

    Les employés de l’hôtel parlent anglais, la chambre est parfaitement propre et le Wi-Fi est disponible. Mais le luxe c’est vraiment l’emplacement de l’hôtel, qui se trouve juste à quelques minutes à pied du grand carrefour de Shibuya. Cela permet de ne pas avoir besoin de modifier son emploi du temps de peur de ne pas attraper le dernier train.

Deuxième jour

HOKURIKU(ISHIKAWA)

Gare de Tokyomore

Gare de Tokyo

Le bâtiment en briques rouges Marunouchi, très apprécié depuis longtemps comme le visage de la gare fr Tokyo, a fini d'être restauré en octobre 2012 et a ainsi retrouvé son aspect d'origine. Les visiteurs peuvent désormais ressentir les 100 ans d'histoire du bâtiment et son atmosphère unique. A l'occasion de la réouverture du bâtiment Marunouchi, le Tokyo Station Hotel et la Tokyo Station Gallery ont également rouverts leurs portes. L'hôtel Tokyo Station est le seul hôtel au Japon qui soit aménagé dans un bâtiment désigné Bien culturel important. Il a été conçu dans un style raffiné inspiré de l'architecture classique européenne et s'accorde parfaitement avec le magnifique extérieur du bâtiment Marunouchi.

JR Shinkansen Hokuriku

  • Ian Livingston

    Le Shinkansen rend les trajets au Japon très faciles. Vous pouvez aller de Tokyo à Kanazawa avec le Hokuriku Arch Pass, et il n’y a pas à s’inquiéter grâce aux indications en anglais dans les gares. Le confort est également au rendez-vous avec une ponctualité sans faille et des sièges avec beaucoup d’espace au niveau des pieds. Par chance, le siège à côté de moi était libre et j’ai pu admirer à loisir le magnifique paysage de rizières qui défilait par la fenêtre.

  • Dana Macalanda

    Bien qu’il traverse le pays à près de 260 km/h, le Hokuriku Shinkansen reste très confortable. J’ai fait un voyage très agréable grâce au large siège et à la grande place disponible pour les pieds.

Gare de Kanazawamore

Gare de Kanazawa

La gare de Kanazawa a été choisie en 2011 lors du classement Travel+Leisure comme l'une des quatorze gares les plus belles du monde. Le tsuzumi, tambour utilisé dans les arts traditionnels, a servi de motif à l'architecture du portique. L'intérieur de la gare, semblable à un véritable musée, arbore toutes sortes d'objets issus de l'artisanat traditionnel.

  • Ian Livingston

    La gare de Kanazawa, malgré ses flots de personnes, est un endroit magnifique mais également très pratique. Comme dans toutes les principales gares du Japon, les voyageurs peuvent demander de l’aide à un guichet d’informations, laisser leurs bagages en consigne, utiliser un service de livraison ou encore se faire guider par des guides bénévoles. Étant disponibles en anglais, ces services aideront la grande majorité des voyageurs passant par la gare de Kanazawa à réussir leur voyage.

    Le repas était splendide. C’est le genre d’expérience qui va me faire retourner au Japon tant que je pourrai voyager. Le chef a déposé délicatement, un par un, dix sushis devant moi et m’a conseillé de les manger rapidement (dans les trois secondes) sans rien y ajouter afin d’en préserver le goût.

    La production de feuilles d’or de Kanazawa représente 99 % de toute cette production au Japon. Avant de visiter ce quartier, l’industrie de la feuille d’or était quelque chose de très lointain pour moi, mais j’ai beaucoup aimé avoir un aperçu de cet univers au Gold Leaf Sakuda. En voyant les artisans à l’œuvre dans cet atelier, j’ai une fois encore éprouvé un grand respect pour leur formidable savoir-faire. J’ai tout particulièrement été impressionné par la glace au thé matcha enveloppée d’or et par le thé vert saupoudré d’or. Au salon de thé Shima, situé juste à côté, j’ai pu pénétrer dans l’univers des salons de thé japonais chaya tout en bois et ainsi faire physiquement l’expérience de cette tradition. Le salon de thé était vraiment magnifique.

    Je recommande à tous d’aller à Higashi Chaya pour faire une promenade après le repas de midi. Depuis son ouverture en 1820, le quartier est occupé par des salons de thé chaya à deux niveaux. Les vieux salons de thé sont une invitation à la photographie et emmènent les voyageurs tels que moi d’un pays lointain jusqu’au Japon romantique des mondes imaginaires. Je me souviendrai de la glace à la sauce de soja que j’y ai mangée.

  • Dana Macalanda

    Le bâtiment de la gare de Kanazawa est très joli, il combine parfaitement des éléments modernes raffinés avec d’autres plus traditionnels. J’ai acheté un ticket de bus valable pour la journée pour seulement 500 yens. L’office de tourisme se trouve juste à côté de la mascotte de la ville, Hyakuman-san, un daruma doré très mignon.

    Ceux qui n’aiment pas encore les sushis pourraient changer d’avis en visitant la région du Hokuriku. On y trouve non seulement une grande variété de poissons différents, mais également les cuisiniers de talent qui peuvent vous faire goûter des sushis délicieux et très frais.

    Le quartier des maisons de thé est caractérisé par un grand raffinement, mais sans aucune prétention. Les personnes que j’y ai rencontrées nous ont accueillis très chaleureusement. J’ai été surprise de voir à quel point l’univers des geishas et des ateliers de feuilles d’or était accessible.

    À Kanazawa, il est possible de déguster des spécialités uniques à côté des maisons de geishas et des magasins spécialisés. Je vous conseille de goûter la glace à l’italienne saveur sauce de soja, et d’y rajouter un peu de sirop pour en sublimer le goût.

Joka-machi Kanazawa Shuyu Bus (Kanazawa Loop Bus)
"Kanazawa-eki Higashiguchi" → "Kenrokuen-shita/Kanazawajo"
Environ 17 minutes / 200 yens (pass journalier : 500 yens)

3 minutes à pied

Jardin Kenroku-enmore

Visites recommandées

Jardin Kenroku-en

Le Jardin Kenroku-en compte parmi les trois plus célèbres jardins du Japon. Sa confection a duré environ 180 ans et il s'agit du plus beau jardin de style samouraï. Fleurs de cerisier au printemps, iris d'eau japonais en été, feuillages flamboyants d'érable (momiji) en automne et yukitsuri en hiver, il est possible d'apprécier le jardin à chaque saison. Situé à proximité du château de Kanazawa, il est possible d'enchaîner les visites. La ville de Kanazawa s'est développée autour du château et du jardin Kenroku-en, c'est pourquoi il existe de nombreux bâtiments culturels dans les environs.

  • Ian Livingston

    Je me suis senti chanceux de pouvoir visiter le Kenroku-en, l’un des trois plus beaux jardins du Japon, en plein cœur de l’été. La ville de Kanazawa tire grand bénéfice du jardin Kenroku-en et de tous les arbres qui s’y trouvent. Dans ce lieu, les visiteurs ont rendez-vous avec l’histoire et le calme.

    Le musée d’art contemporain du 21e siècle de Kanazawa, qui est un peu comme un parc à thème, est l’un des musées dans lesquels je me suis le plus amusé. Il a ouvert ses portes en 2004 à l’emplacement d’une ancienne école. La ligne de contour magnifique et d’un blanc immaculé dessinée par Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa délimite l’espace des expositions permanentes et temporaires. Les espaces verts alentours accueillent des œuvres visibles gratuitement qui fascineront aussi bien les adultes que les enfants. Ce musée plaira aux amateurs d’art du monde entier, mais permettra également aux non-initiés de mettre un pied dans le monde de l’art contemporain.

    Le dîner au Hacchouya comprenait un grand nombre de plats, mais ce sont les beignets tempura que j’ai préférés. C’était un magnifique repas qui termina la soirée passée à Kanazawa en beauté.

  • Dana Macalanda

    Le jardin qui s’étend à côté du château de Kanazawa est un trésor historique datant de l’époque d’Edo. La nature y a été préservée avec grand soin. Les jardiniers retirent les épines mortes à la main afin de protéger le Neagarimatsu, un pin de près de 170 ans qui est devenu le symbole du jardin.

    Le musée d’art contemporain du 21e siècle est un endroit magnifique qui ravira aussi bien les adultes que les enfants. Bien que facilement accessible à tous, il réservera des surprises à chaque visite. N’importe quelle personne peut en effet exposer ses œuvres à côté de celles des professionnels. The swimming pool (« La piscine ») de Leandro Erlich et sans aucun doute l’œuvre la plus connue, mais il y a beaucoup d’autres joyaux à découvrir.

    Au restaurant de cuisine locale Hacchouya, j’ai choisi pour le dîner un menu kaiseki composé de plusieurs plats qui comprenait un jibuni, un ragout typique de la région au canard. Les cuisiniers du restaurant sont particulièrement sensibles au problème d’allergies et remplaceront un plat si vous ne pouvez pas manger un aliment particulier.

Kenrokuen Shuttle Bus
"Kenrokuen-shita/Kanazawajo" → "Korin"
Environ 5 minutes / 200 yens (pass journalier)
(10 minutes à pied)

Kanazawa Tokyu Hotel

  • Ian Livingston

    J’ai vite compris que le Kanazawa Tokyu Hotel était parmi ce qui se faisait de mieux à Kanazawa. Cet hôtel de style occidental, très propre, était très bien équipé. Ma chambre, située au dernier étage, était spacieuse et confortable, mais le plus appréciable était la magnifique vue sur la ville avec les montagnes en arrière-plan. Le service aussi était impeccable.

  • Dana Macalanda

    La décoration intérieure du Kanazawa Tokyu Hotel était très raffinée et représente bien l’attachement à l’artisanat local. Il est également parfaitement situé à distance de marche des principaux lieux touristiques, tels que les résidences de samouraïs.

Troisième jour

Kanazawa Tokyu Hotel

2 minutes à pied

Quartier des résidences de samouraï Nagamachimore

Quartier des résidences de samouraï Nagamachi

Ce quartier dans lequel subsistent les vestiges des demeures de samouraïs de rang moyen vassaux du fief de Kaga, dont les murets en terre de couleur ocre surplombés de toits en bardeau de bois, les canaux d'irrigation et les longues portes (nagaya-mon) équipées de fenêtres de guerriers (bushimado) sont encore visibles, permet de se plonger dans l'atmosphère féodale dans laquelle déambulaient ces guerriers. Les nattes de paille, appelées komagake, utilisées pour protéger les murets de terre de la neige, sont l'un des emblèmes de l'hiver à Kanazawa. Le jardin qu'abrite le quartier figure à la troisième place du classement établi en 2003 par le Journal of Japanese Gardening, magazine américain spécialisé dans les jardins japonais. Il vaut donc plus que le coup d'oeil.

  • Ian Livingston

    L’histoire des samouraïs est très attirante, même pour les voyageurs qui ne la connaissent pas très bien. En ce qui me concerne, le fait d’avoir pu marcher au milieu de ces résidences de samouraïs, et particulièrement d’avoir visité la résidence Nomura avec un guide, restera l’un des moments forts de mon voyage à Kanazawa.

    Étant donné que j’aime vraiment ce genre de marché, j’ai particulièrement apprécié la visite du marché Omicho. Pour seulement quelques centaines de yens, j’y ai dégusté un thé vert au lait de soja, une brochette de petits pétoncles et une brochette d’anguille. Et c’était vraiment bon. Je ne suis pas près d’oublier le goût de la brochette d’anguille.

  • Dana Macalanda

    À l’opposé des somptueuses résidences de haut rang de Kyoto, la résidence Nomura exprime une beauté simple à l’image de ses plafonds en bois de cyprès et du jardin enchevêtré. La majesté du lieu est encore plus mise en valeur grâce à des expositions de sabres japonais et d’autres objets datant des guerres médiévales.

    Malgré ces 300 ans d’histoire, le marché Omicho continue d’être florissant aujourd’hui. Les innombrables étals de poissons et de légumes, alignés le long d’une rue sinueuse qui traverse un bâtiment moderne et épuré, restent très populaires, aussi bien auprès des habitants que des touristes.

Joka-machi Kanazawa Shuyu Bus (Kanazawa Loop Bus)
"Korinbo" → "Kanazawa-eki Higashiguchi"
Environ 15 minutes / 200 yens (pass journalier)

Gare JR de Kanazawa → Gare JR Wakuraonsen (environ 1 heure / 2 230 yens)
*Possibilité d'utiliser le Japan Rail Pass

  • Ian Livingston

    Pour nous rendre à Notojima depuis Kanazawa, nous avons pris un train en direction de Wakuraonsen pendant une heure environ, puis nous sommes pour un temps montés dans un bus qui nous a fait traverser un petit pont jusqu’à l’île. Ce trajet en train, comme tous les autres au Japon, était très agréable et confortable.

  • Dana Macalanda

    J’ai rendu mon trajet en train express encore plus agréable en dégustant un ekiben (boîte repas pour le voyage) acheté parmi le grand choix disponible à la gare de Kanazawa.

Bus
Gare de Wakuraonsen → "Kodamiya-no-mae" (environ 25 minutes)

2 minutes à pied
*Certaines auberges ryokan offrent un service de navette à destination et en provenance de la gare de Wakuraonsen.

Circuit en bicyclette à Notojimamore

Circuit en bicyclette à Notojima

Ce circuit en bicyclette permet de découvrir les modes de vie dans les villages de montagne et ceux près de la mer de l'Île de Notojima classés au patrimoine agricole mondial. Vous pourrez observer par vous-même les modes de vie de jadis rythmés par le cycle des saisons et la nature.

  • Ian Livingston

    Les petites routes tortueuses de l’île de Notojima sont parfaites pour faire du vélo, quelle que soit la direction que vous décidiez de prendre. J’ai éprouvé un grand plaisir à passer à vélo à côté des rizières, des champs pleins de légumes et le long d’une mer pleine de poissons. Même si le circuit était plutôt long, je n’ai pas ressenti de fatigue et je ne me suis jamais ennuyé tant il y avait de choses à découvrir.

  • Dana Macalanda

    Le circuit en bicyclette à Notojima a été mon activité préférée de la visite de la préfecture d’Ishikawa. Nous avons été guidés sur ce circuit qui longe la côte de l’île de Notojima par deux jeunes venus d’Osaka pour vivre proches de la nature. Nous avons pu observer la région de façon unique grâce à ces guides locaux qui nous ont montré les bateaux de pêcheurs et les champs cultivés environnant tout en racontant toutes sortes d’anecdotes.

Chambre d’hôte au Sansuiso

  • Ian Livingston

    Le splendide dîner servi chaque soir au Sansuiso restera à coup sûr gravé dans la mémoire de chaque voyageur. J’ai dégusté dans ma chambre un délicieux assortiment de poissons pêchés juste quelques heures plus tôt. L’assortiment qui m’a été servi comprenait des sashimis frais servis dans un petit bateau en bois et accompagnés de poisson buri au radis blanc et de légumes cuits sucrés. Autant que je me souvienne, c’était l’un des meilleurs repas que j’ai jamais mangés.

    L’auberge traditionnelle Sansuiso est un lieu de rêve. Chacune des quatre chambres à tatami peut facilement loger une famille de quatre personnes. Notre hôte, très sympathique, pouvait communiquer un petit peu en anglais. Toute sa famille nous a accueillis avec le sourire. En fonction de la saison, ils peuvent soit vous emmener voir les docks situés juste à côté, soit partir avec vous dans l’obscurité de la campagne à la recherche des lucioles, ou de crustacés luminescents appelés lucioles de mer.

  • Dana Macalanda

    Le propriétaire du Sansuiso est tout à la fois cuisinier, pêcheur, plongeur et père de trois adorables enfants. Et il se sort admirablement bien de chacune de ses fonctions. Le matin, il part lui-même pêcher les ingrédients qu’il cuisine ensuite pour vous les servir le soir. Tous les plats étaient délicieux, mais j’ai cru rêver en voyant arriver un assortiment de sashimis servi dans un plat en forme de bateau et décoré de fleurs.

    Vous devez absolument y aller. Je vous conseille vraiment de réserver une nuit au Sansuiso dans une agence de voyages, de louer une voiture et d’aller là-bas pour profiter non seulement de la cuisine, mais également de la très belle chambre traditionnelle et des magnifiques sources chaudes.

Quatrième jour

Chambre d’hôte au Sansuiso

Bus communautaire jusqu’à la gare de Wakuraonsen (environ 25 minutes)
*Certaines auberges ryokan offrent un service de navette à destination et en provenance de la gare de Wakuraonsen.

Noto Railway
Gare de Wakuraonsen → Gare d'Anamizu (environ 1 heure / 680 yens)

  • Dana Macalanda

    Le trajet tranquille de retour sur l’île principale s’est fait à bord d’un train décoré à l’effigie d’une héroïne de dessins animés. L’ambiance divertissante du train contrastait magnifiquement avec le calme et le charme de la campagne.

Hokuetsu Okunoto Bus
"Anamizu ekimae" → "Wajima ekimae" (environ 55 minutes / 760 yens)

  • Ian Livingston

    J’ai beaucoup aimé visiter Wajima en scooter électrique sous un magnifique ciel d’été. Je pense que c’était très agréable aussi parce qu’à Wajima, ainsi que dans l’ensemble du Japon, tout est fait pour que vous puissiez faire du tourisme sans imprévus et l’esprit tranquille.

  • Dana Macalanda

    L’ancienne gare de Wajima (aire de repos Wajima, appelé « Flat Homu » par les locaux), est maintenant utilisée comme office de tourisme, mais comprend également une boutique de souvenirs, un service de consigne à bagages, ainsi qu’un service très appréciable de location de bicyclettes électriques. C’est un lieu très utile pour ceux qui souhaitent visiter la ville.

14 minutes à pied

Marché du matin de Wajimamore

Marché du matin de Wajima

Le marché du matin de Wajima est l'un des trois plus grands du Japon, et avec une histoire plus que millénaire, c'est le plus ancien marché du matinal de l'Archipel. Près de 200 étals s'étendent le long d'une rue de 360 mètres. Les femmes venues des campagnes et des villages de pêcheurs alentours viennent y vendre des légumes et des produits de la mer tout frais, ainsi que des objets artisanaux comme des laques de Wajima. Profiter d'une conversation enjouée pour marchander fait partie des plaisirs du marché.

  • Ian Livingston

    Le marché du matin de Wajima (qui ouvre de 8 heures à midi chaque matin) peut s’enorgueillir de plus de 1 000 ans d’histoire. Ce marché vaut le coup d’œil rien que pour cela, mais au cours de ma courte visite, j’ai également pu goûter à quelques douceurs que je ne connaissais pas, dont un egara manju que j’ai acheté juste avant qu’ils ne soient tous vendus.

    Le repas que j’ai pris dans ce restaurant italien caché au fin fond de Wajima était délicieux. Je vous conseille le menu du jour : du porc de Noto avec des tagliatelles sauce à la crème et courgettes.

    La laque est un artisanat traditionnel de la préfecture d’Ishikawa. Les célèbres objets laqués de Wajima subissent un grand nombre de procédés réalisés à la main avant d’être mis en vente. Au Wajima Kobo Nagaya, j’ai essayé moi-même de décorer de feuilles d’or une paire de baguettes laquées pour les offrir à ma petite amie. Je pense qu’il est important d’essayer les choses par soi-même dans des ateliers comme celui-ci pour mieux comprendre l’art de la laque, mais également le respect dû aux artisans de cette région.

    La préfecture d’Ishikawa accueille plus de 200 festivals Kiriko de juillet à octobre. Le musée Kiriko de Wajima est l’endroit qu’il faut visiter pour comprendre le sens de ces festivals. À travers des vidéos des festivals montrant des feux et de foules dansantes, j’ai ressenti la place que prennent ces festivals dans la vie locale. La visite de ce musée a été pour moi une formidable expérience.

  • Dana Macalanda

    Au marché du matin de Wajima, il est possible de trouver toutes sortes d’aliments inhabituels, et il y a même un espace mis à la disposition des visiteurs pour cuire les poissons et autres produits de la mer qu’ils viennent d’acheter. C’est vraiment un endroit que je conseille à tous les curieux et amateurs de bonne nourriture. Avec ces près de 1 000 ans d’histoire, c’est l’un des trois plus anciens et trois plus grands marchés de tout le Japon.

    Le restaurant Orizzonte, caché dans un coin de Wajima, propose une délicieuse cuisine italienne. J’y ai dégusté un splendide apéritif et un plat de pâtes préparé avec des ingrédients locaux sous un plafond décoré d’une planche de surf laquée, accrochée là en hommage au père décédé du propriétaire qui était artiste.

    Au cours de ma visite de Wajima Kobo Nagaya, j’ai pu observer le lieu de travail d’artisans, j’ai participé à des ateliers de décoration à la feuille d’or et j’ai découvert le monde fascinant de la laque japonaise. Ces artisans passent des mois à créer avec une grande minutie des objets qui sont de véritables œuvres d’art et qui gagnent encore en beauté au fur et à mesure qu’on les utilise.

    Le musée Kiriko de Wajima m’a fait ressentir la ferveur et la fierté qu’inspirent les lanternes kiriko. J’ai été très impressionnée par toutes les gigantesques lanternes typiques des festivals de la région qui sont exposées dans ce musée.

Marché du matin de Wajima→Wajima-eki
14 minutes à pied

Hokuriku Rail Road Bus
Gare de Wajima ("Wajima Ekimae") → Aéroport de Noto(Noto Satoyama Kuko) (25 minutes / 590 yens)
(Furusato taxi (taxi collectif) : 900 yens
Sur réservation (0768-22-2360))

Aéroport de Notomore

Aéroport de Noto

L'aéroport de Noto est plus qu'un simple aéroport : c'est un complexe qui compte un observatoire panoramique, des boutiques de souvenirs, des restaurants, une aire de repos (Michi no eki), un office de tourisme ainsi qu'un bureau de location de voitures.

ANA (ANA Expericence JAPAN Fare) Afficher les détails

Aéroport international de Tokyo-Haneda

  • Ian Livingston

    À Tokyo, j’ai une nouvelle fois ressenti la vitalité d’une ville mondialisée. Dans la préfecture d’Ishikawa, d’un autre côté, j’ai pu profiter de nuits calmes et j’ai rencontré des habitants qui étaient fiers de leurs contributions historiques apportées aux différentes facettes du Japon d’aujourd’hui. J’ai également remarqué que, quelle que soit la région du Japon dans laquelle on se trouve, les voyageurs sont toujours extrêmement bien accueillis. Ce voyage était ma quatrième visite au Japon, mais je me languis déjà d’y retourner.

  • Dana Macalanda

    Ce voyage est un bon moyen de découvrir les charmes d’une région peu connue des étrangers, même si elle est très appréciée des touristes japonais. Cet itinéraire touristique, créé il y a relativement peu de temps grâce au développement du train à grande vitesse Hokuriku Shinkansen, a rendu la région de la mer du Japon, autrefois mal desservie, facile d’accès.

    Ce voyage, qui met l’accent sur la vie des habitants de la région, m’a fait ressentir toute la fierté qu’ils ont pour les traditions, l’histoire et l’artisanat du Hokuriku. Ce que j’y ai découvert, ce sont des villes qui luttent pour évoluer tout en préservant les héritages précieux du passé.

Suggestions des voyageurs

Je suis impressionné chaque fois que je visite le Japon. Il y a 1 000 façons de passer du temps à Tokyo et d’innombrables restaurants qui resteront gravés dans votre mémoire. Ce voyage a pour thème les moments et les espaces dédiés au calme et à la tranquillité. C’est particulièrement marquant dès qu’on arrive à l’île de Notojima, après un trajet en Shinkansen jusqu’à la préfecture d’Ishikawa, mais j’ai aussi pu ressentir cela en plein cœur de la capitale très animée, Tokyo.

Ian Livingston
Éditeur pour JohnnyJet.com
Pays de résidence États-Unis
  • Loisirs

    la gastronomie, le basket-ball, les

  • Nombre de voyages au Japon

    3

Suggestions des voyageurs

L’une des meilleures parties du voyage était la visite des espaces verts de Tokyo. J’ai ainsi pu me rendre compte qu’il est possible d’être au contact de la nature sans sortir de Tokyo. Les guides étaient tous très aimables, les boissons étaient délicieuses et nous avons fait de formidables rencontres. C’est un voyage qui, je pense, plaira à tout le monde.

Dana Macalanda
Éditeur
Pays de résidence Tokyo
Pays de naissance: États-Unis
  • Loisirs

    la lecture et la photographie

  • Durée du séjour à Tokyo

    3 ans

Différents itinéraires pour la même zone

Partagez cette page !

Moyens de transport recommandés

Itinéraires touristiques recommandés

Back to Top

COPYRIGHT © HOKURIKU & TOKYO ALL RIGHTS RESERVED.